archive

Politique

La question de l’extension de la déchéance de nationalité et de son inscription dans la constitution est complexe. Contrairement à façon dont elle est posée dans le débat public où c’est une impasse. C’est en réalité deux impasses en miroir qui s’observent pleines de certitudes, prisonnières de leur aveuglement. L’ensemble au dessus d’un volcan, d’un terrorisme menaçant et d’un FN beaucoup trop puissant.
Je me demandais pourquoi je n’arrivais à rallier aucune de ces impasses, et après de nombreux et longs débats, il m’est apparu que la question était maltraitée.

Read More

YX2A8796

 

Je ne suis personne, une âme qui saigne, anonyme, dans la foule d’un peuple debout. Cet immense peuple français qui a ému le monde, peuple blessé mais solidaire. Fragile, il s’est levé comme nous n’imaginions pas qu’il fusse encore capable de se lever, pour ses valeurs, pour la République.

 

 

Read More

marianne-le-symbole-de-la-republique-francaise

Attendre un peu, quand on a mal, qu’on ne sait pas tout, qu’on se prend une claque et que quelque chose s’embrase, que tout le monde y va de son commentaire. Les tripes nouées par un évènement tragique, comme si cela ne suffisait pas, lire et entendre les pires conneries en réaction, ça fait vomir deux fois. Merci internet, merci la modernité, merci la connerie populaire bien démocratisée.
J’aurais voulu du silence, de la décence, bref, tout ce qui va avec le respect quand il arrive quelque chose comme ça. Un jeune garçon est mort.

Read More

(J’imagine que ceux qui vont lire ça, ont déjà une idée de leur vote, que je ne vais convaincre personne. Mais c’était juste pour faire un billet un peu politique.
Bisous.)
Il m’a semblé être de l’ordre du devoir citoyen, dans cette période d’hésitation peut-être, de tension certainement, de latence en tout cas, de partager un peu de cet avis que l’on s’amuse tous à donner sur la conjoncture politique, et sur l’orientation que l’on va choisir, bientôt, pour notre mère patrie et notre avenir.

Je n’hésite pas.
Je n’hésite plus.
J’ai arrêté d’hésiter au soir du 22 avril 2012, quand le choix qui se dessinait sous nos yeux sur les écrans de la cour de Solférino, est devenu l’évidence.

Hollande doit gagner, Sarkozy doit perdre, et le résultat doit lui faire bien mal.

Read More